Le Boston morning post de 1839 et la Saturday Review of Litterature de 1941 l'attestent : l'acronyme est dérivé de l'expression américaine "all correct" (tout est bien) transformée en  "oll korrect". Le Robert historique de la langue française approuve. Mais il existe une vingtaine d'autres pistes : des initiales des biscuits fournis aux soldats de la guerre de Sécession (Orrin Kendall) à "0 Killed" (zéro mort) en passant par un bien improbable "au quai", issu de France.